« L’invention de Nos Vies » au Théâtre Rive Gauche

Bonjour à tous !!

Aujourd’hui je vais vous parler d’une autre pièce qui, après avoir connu le succès à Avignon, a posé ses valises à Paris. Il s’agit de L’Invention De Nos Vies, adapté du roman de Karine Tuil par Leslie Menahem et Johanna Boyé (qui signe également la mise en scène); avec Valentin De Carbonnières, Nassima Benchicou, Elisabeth Ventura, Brigitte Guedj, Mathieu Alexandre, Yannis Baraban et Kevin Rouxel.

L’Histoire : Sam Tahar (Valentin De Carbonnières), brillant avocat juif à New-York; mène une belle vie entourée de sa femme Judith (Elisabeth Ventura), ses enfants et son entourage; bien que son beau père (Yannis Baraban) le critique en permanence sur sa manière d’être. Il mène une vie de luxe, accumule les conquêtes et travaille d’arrache pied. Mais derrière cette gloire; se cache un mensonge sur lequel toute son histoire est fondée. Sam (dont le prénom entier est Samir) est arabe et a volé l’histoire et les origines de son ami Samuel (Mathieu Alexandre), écrivain raté jamais publié. A partir de là; c’est tout le passé de Sam qui va revenir dans sa vie : Nina, son amour de jeunesse (Nassima Benchicou), en couple avec Samuel; et sa mère Nawel (Brigitte Guedj), en perpétuel conflit avec son demi-frère François (Kevin Rouxel); ce qui va provoquer un raz de marée dans la vie de Sam et faire éclater son petit cocon doré. Et Pour se sortir de cette situation; Sam n’aura pas beaucoup de choix…

Mon Avis : Jusqu’où seriez vous prêt à aller pour mener une belle vie et une belle carrière ? Tel est l’un des thèmes de L’Invention de nos vies. Le Roman de Karine Thuil est lumineusement et intensément adapté par Leslie Menahem et Johanna Boyé; et grâce à la mise en scène, signée également Johanna Boyé; nous voyageons de New-York à Paris, d’un grand cabinet d’avocats à une cité HLM en passant par une émission littéraire et une prison de haute sécurité; et ce par quelques déplacements d’objets et de changements de lumières. Les décors sont très simples (seum le nécessaire du lieu de la scène est présent) et cela permet de laisser libre court à notre imaginaire pour « voir » le reste; tel est le talent de mise en scène de Johanna : nous illuminer le regard avec de belles mise en scène tout en laissant notre imagination en action.

Côté distribution; elle porte avec humour, violence et émotion cette belle invention, en interprétant de multiples personnages à travers toute cette histoire. Certains personnages sont peut être un peu trop caricaturaux, ce qui provoque le rire dans des moments dramatiques; mais dans l’ensemble cela n’empêche absolument pas d’être touché et captivé par leur histoire (mention spéciale à l’émission littéraire qui est un vrai moment de rire où la caricature est poussée à son paroxysme; ce qui est parfait pour cette scène). On ne peut que féliciter l’intégralité de cette distribution qui est tout simplement admirable : Valentin De Carbonnières nous prouve encore une fois l’immensité de son talent dans son rôle de ce menteur qui va se retrouver pris au piège des répercussions de tant d’années de tromperies auprès de son entourage; Mathieu Alexandre excelle en Samuel, écrivain torturé a qui on a volé sa vie et qui en voulant prendre sa revanche risque de perdre (ou gagner) encore plus ; Elisabeth Ventura est bouleversante dans son personnage de femme amoureuse d’un homme qui lui a menti depuis le début; Nassima Benchicou est une très touchante Nina, femme toujours folle de son amour de jeunesse, au point de tout quitter pour partir aux États Unis pour le suivre; Yannis Baraban a le brio et la faculté parfaite pour alterner des rôles aux antipodes l’un de l’autre, tel que l’antipathique et froid Rahm Berg, le beau père de Sam; et le sympathique Pierre Levy, premier patron de Sam qui, malgré les mensonges, a gardé beaucoup de tendresse envers son ancien disciple. Brigitte Guedj est émouvante dans le rôle de Nawel, la maman de Sam(ir) et de François; dépassée par le comportement de son petit dernier et qui va demander de l’aide à son grand fils, dont elle ne sait pas grand chose de sa vie là bas. Et Kevin Rouxel est idéalement détestable dans son personnage de petit frère marginal et violent; qui va provoquer un véritable tremblement de terre dans la vie de son demi-frère et dans celle de tout son petit monde.

Lorsque l’on base sa vie et sa carrière sur un mensonge, et lorsque les résultats de ces mensonges menacent votre vie; que feriez vous…? Pour savoir ce que fera Sam dans ces situations; venez découvrir et être touché par le destin de cet homme qui , bien que manipulateur par obligation mais vivant par plaisir et heureux par mensonge; va bouleverser tout son petit monde; entre joie et désespoir…

« L’Invention De Nos Vies » d’après le roman de Karine Tuil; adaptation de Johanna Boyé et Leslie Menahem; mise en scène de Johanna Boyé; avec Valentin De Carbonnières, Nassima Benchicou, Elisabeth Ventura, Brigitte Guedj, Mathieu Alexandre, Yannis Baraban et Kevin Rouxel. Au Théâtre Rive Gauche jusqu’au 31 décembre, du mardi au samedi à 21h et le dimanche à 15h (relâche les 24 et 25 Décembre).

Réservation : http://www.theatre-rive-gauche.com/a-l-affiche-l-invention-de-nos-vies.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :