«Rabbit Hole : Univers Parallèles» Au Théâtre Des Bouffes Parisiens

Bonjour à tous ! 😁

Aujourd’hui je vais vous parler d’une pièce qui parle d’un sujet assez grave et sensible; et du point de vue de 5 Protagonistes. Cette pièce se nomme « Rabbit Hole : Univers Parallèles », elle est signée David Lindsay-Abaire et adaptée en France par Marc Lesage. Cette pièce qui fut créée la saison précédente au Théâtre Des Célestins à Lyon avant de poser ses valises aux Bouffes Parisiens, est mise en scène par Claudia Stavisky et pourvue d’une très belle distribution : Julie Gayet, Patrick Catalifo, Christiane Cohendy, Lolita Chammah et Renan Prévot

L’Histoire : Becky (Julie Gayet) et Howard (Patrick Catalifo) ont perdu leur fils il y’a huit mois dans un accident de voiture. Malgré la douleur et l’absence, leur vie reprend petit à petit. Mais entre Izzy (Lolita Chammah), la sœur de Becky, qui tombe enceinte, et Nat (Christiane Cohendy) qui parle sans cesse de la mort de leur frère; Becky et Howard sentent leur cicatrice se rouvrir de plus en plus. La venue de Jason (Renan Prévot), adolescent souhaitant dédier une nouvelle qu’il a écrite au fils de Becky et Howard; va provoquer une crise sans précédent dans le couple, et aussi dans la famille…

Mon Avis : Ma Curiosité de théatrophile avait fait que j’avais lu le texte à l’époque où la pièce fut créée au Célestins. Et déjà sans l’avoir vu se jouer sur scène; on ressentait déjà dans La lecture la profondeur de la souffrance de cette famille frappée par la perte de leur enfant, neveu ou petit fils, et ceci grâce à l’adaptation de Marc Lesage de la pièce de David Lindsay-Abaire. Sans tomber dans les clichés et le pathos; on est aussi touchés que ces personnages dans leur souffrance et la crise qu’il s’en répercute. Et lorsqu’on la découvre sur scène avec la mise en scène de Claudia Stavisky et la distribution citée Ci dessus; la pièce prend une autre dimension… Nous sommes dans une maison meurtrie mais aussi dans l’esprit des cette famille blessée et déchirée. Les images souvenirs du petit garçon, cette maison qui se disloque au fur et à mesure de la pièce et ce trou noir qui apparaît lorsque Becky se retrouve face à l’adolescent qui a renversé son fils; apportent un côté psychologique supplémentaire de la torture intérieure des parents. Le seul petit bémol que j’ai pu voir ce soir là et qui ne desservent pas la tension dramatique de la pièce; ce sont les temps qu’il y’a très (trop) souvent entre certaines répliques. En effet, il y’a à plusieurs moments des temps entre des actions ou des répliques, Beaucoup trop et trop longs souvent; et cela dessert vraiment l’action et la tension dramatique, et fait un peu trop traîner la pièce en longueur.

Côté Distribution; ce fut une agréable surprise de découvrir ce soir Là pour la première fois au théâtre Julie Gayet qui est une bouleversante (et bouleversée) Becky, qui malgré sa détresse;reste Quand même le pilier familial. Patrick Catalifo (que j’avais vu dans Le Père de Florian Zeller avec le regretté Robert Hirsch) est un Howard plutôt intérieur, qui cache sa détresse contrairement à Becky; mais qui explose avec une telle intensité que l’on est profondément touchés lorsqu’il craque à son tour. Christiane Cohendy est hilarante dans son personnage de Grand mère un peu pied dans le plat et boulet; mais qui cache un peu maladroitement sa peine d’avoir perdu son petit fils. Lolita Chammah est une Izzy vraiment attendrissante quoique légèrement immature, qui essaye d’aider de son mieux son entourage; malgré que sa grossesse ranime un peu la douleur de sa sœur et son mari. Le personnage de Renan Prévot est peut être le plus ambigu de tous; celui qui a l’air le plus innocent et lunaire alors qu’il est un peu le responsable de tout ce drame.Comme s’il était dans un autre monde;ou un univers parallèle…

Une belle distribution pour une pièce dramatique bien écrite et adaptée; que je vous invite à aller voir au Théâtre Des Bouffes Parisiens jusqu’au 10 Mars. Approchez vous du Rabbit Hole pour découvrir le petit monde de cette Famille…

« Rabbit Hole : Univers Parallèle » de David Lindsay-Abaire; adaptation de Marc Lesage et mise en scène de Claudia Stavisky. Avec Julie Gayet, Patrick Catalifo, Christiane Cohendy, Lolita Chammah et Renan Prévot. Au Théâtre Des Bouffes Parisiens jusqu’au 10 Mars; du Mardi au Samedi à 21h et Le Dimanche à 15h.

Réservation : http://www.bouffesparisiens.com/spectacle.php?spec_num=51

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :