En Tête à Tête avec… Hélène Zidi

Bonjour à Tous;

Aujourd’hui je vais avoir le plaisir de vous faire partager un entretien que j’ai eu il y’a quelques semaines avec l’Auteur/Metteur en Scène/Comédienne Hélène Zidi; pour parler de son actualité et de la Pièce « Camille Contre Claudel ».

Hélène Zidi; Bonjour.

Avant de parler de votre actualité, j’aimerais que nous parlions un peu de vous. Qui êtes vous Hélène Zidi ?

J’ai commencé le théâtre à l’âge de 15 ans au conservatoire de Nice sous la direction de Murielle Chaney. C’est lors de mes auditions que j’ai été remarquée par Jean-Pierre Bisson, qui était le directeur du théâtre de Nice à l’époque, et qui m’a engagée pour jouer dans une pièce écrite par lui-même qui s’appelle « L’Amour est Italien; La Mort Est Française ». J’ai eu 10 ans intense après cela au théâtre, de 17 à 28 ans, où j’ai joué beaucoup de pièces avec notamment Daniel Darrieux, Niels Arestrup, Étienne Bierry (au théâtre de poche pendant 7 mois). Et puis j’ai eu mon premier enfant (Lola) .

On sent que vous avez un lien très fort avec le Théâtre...

Il est vrai que j’ai une certaine opinion du théâtre. Pour moi c’est un métier sacré dans lequel on entre en religion; il y a plusieurs manières de faire ce métier. On m’a souvent proposé de faire des choses qui ne correspondait pas à mes inspirations et j’ai eu envie de faire une pause de respirer, de comprendre ce qui se passe et le rapport entre le désir qu’ont les professionnels vis-à-vis d’un acteur est ce qui se passe derrière la caméra ou dans les coulisses d’un théâtre. Et là je suis devenue directrice de casting pendant plus de 10 ans durant lesquelles j’ai travaillé avec les plus grands réalisateurs. Grâce à cette période; j’ai compris les angoisses de l’acteur et qu’elles n’étaient pas toujours placées au bon endroit; que le réalisateur, le producteur ou le directeur de Casting pouvaient avoir aussi des angoisses terribles, et que de leur côté ils avaient des problématiques d’ordre artistiques et économiques. Et si évidemment les artistes avaient un peu plus conscience de ça; ils seraient moins focalisés sur eux-mêmes, moins angoissés Plus libérés et détendu pour interpréter le rôle. Ça a été une révélation pour moi de devenir distributrice. Malgré çà; J’ai décidé d’arrêter pour devenir coach d’acteur ou je me mets vraiment au service des acteurs.

Quand j’y pense; je me considère comme une pâte feuilletée : je suis actrice, directrice de casting, coach d’acteurs, j’ai monté une école qui s’appelle « le laboratoire d’acteurs » où j’ai formé des comédiens tels que Tahar Rahim, Dora Tillier, Aïssa Maiga, Karim Leklou; et j’ai repris l’écriture et la direction d’acteurs à travers les pièces que j’ai écrit et que je dirige. Je suis devenue directrice de théâtre. J’ai le théâtre du Roi René à Avignon dans lequel il y a deux salles (200 places et 130 places) où j’ai une programmation importante tel que Adieu monsieur Haffmann; Amock; Camille contre Claudel,…

Il est peut-être vrai que cette vision que j’ai du métier, ces expériences multiples me permettent d’être l’artiste que je suis aujourd’hui. C’est à dire de me lancer des défis artistiques de plus en plus fort. Ce qui est le cas de Camille contre Claudel puisque je suis auteur, je le mets en scène et j’y joue aussi. J’aime bien donner un sens à ma vie tout simplement: Et en tant qu’artiste et de mère; le fait de jouer avec ma fille a une résonance incroyable pour moi. Et finalement dans une logique d’évolution, défendre Camille Claudel me semblait tout à fait normal puisque je suis d’abord une femme ivre de liberté; très indépendante artistiquement. Je suis très sensible à mes intuitions et à mon instinct; et j’ai envie de faire les choses comme je l’entends et je ne suis pas facilement corruptible. Je ne me relie à aucune chapelle; je suis intègre et du coup c’est plus dur forcément. Je me bats beaucoup pour des idées, des croyances, des pensées fortes pour cette femme entre autres; envers et contre tous.

On sent que vous êtes très passionnée lorsque vous parlez du théâtre; à tel point que l’on est suspendus à vos lèvres ! 😅

Je suis une grande passionnée en effet 😁 Le Spectacle vivant est quelque chose d’extrêmement fort car nous allons à la rencontre du public;c’est une rencontre très intense. Quand On a la chance de rencontrer le public à travers un personnage comme Camille Claudel qui s’est énormément battue pour la liberté et pour son art, pour la liberté d’expression; avec une telle ténacité, avec une telle intégrité, une telle sincérité dans ce qu’elle fait; et que j’ai la chance à travers Elle de toucher le public et de faire un voyage émotionnel très fort; que ce soit pour le public ou même pour nous d’ailleurs,ça m’émeut complètement ! Ce que l’on vit chaque soir sur scène est très rare et je ne peux que remercier les spectateurs et Bien Entendu Camille Claudel de me donner cette chance de jouer avec ma fille dans des conditions pareilles.

Parlons justement de votre pièce « Camille Contre Claudel » que vous avez commencé à Paris il y’a 1 mois et demi; mais que vous jouez à Avignon depuis quelques années déjà. Est ce aussi pour faire découvrir votre pièce a Paris et peut être également le personnage de Camille Claudel que beaucoup de gens connaissent de nom mais dont personne ne connaît l’histoire…?

En effet; nous avons commencé récemment cette pièce à Paris, mais cela fait plus de 3 ans qu’elle se jouait au Roi René à Avignon, c’est aussi une raison que j’ai ouvert une antenne du Roi René à Paris : Pour faire un lien entre Paris et Avignon. Et sachant qu’au fil du temps, le film qui a été fait avec Isabelle Adjani et Gérard Depardieu (Camille Claudel De Bruno Nuytten, sorti en 1988) commence à s’effacer peu à peu. La nouvelle génération ne le connait même pas d’ailleurs; il y’a donc un énorme travail à refaire au niveau de la réhabilitation. Ne pas hésiter a clamer haut et fort que cette Femme était un génie, une précurseuse et qu’elle ouvert la voie à beaucoup d’autres Femmes. Il était donc important et même vital de continuer.

47572134_10156873674377380_2276961235343769600_n

Oui, c’était donc dans un double but que vous avez eu envie de faire venir votre pièce à Paris; car hélas tout le monde ne peut pas venir à Avignon. Et vous faites presque tout dans « Camille Contre Claudel » :  vous l’avez écrite, vous la mettez en scène, vous jouez dedans… et en plus vous avez « fait », mis au monde votre partenaire; puisqu’il s’agit de votre fille Lola ! J’ai trouvé d’ailleurs très touchant ce petit mot qu’elle a eu pour vous le soir de ma venue, on sent qu’elle est autant touchée que vous de ce partage. Il n’y a que la voix de Rodin que vous avez laissé à Gérard Depardieu…

Oui; je n’imaginais personne d’autre que Gérard pour prêter sa voix à Rodin comme il lui avait prêté ses traits il y’a 30 ans. Et il m’a directement dit Oui, ça a été un vrai cadeau pour moi. Lorsque l’on pense à Rodin, on l’imagine immédiatement avec les traits de Gérard Depardieu.
Ce que je voulais en écrivant cette pièce; c’était vraiment de mettre en opposition les 2 Camille. On a beaucoup parlé de la Camille jeune dans le film de Bruno Nuytten; il y’ a eu un second film sur la partie de sa vie ou elle était enfermée, avec Juliette Binoche, et moi je voulais mettre en parallèle cette jeune fille qui était rayonnante, fraiche, amoureuse de son Mentor, qui faisait ce qu’elle aimait et qui vivait intensément sa passion ; et cette vieille femme de 79 ans à l’aube de sa mort qui revoit tout a coup son Moi jeune. Et pour moi c’était très important de mettre les 2 parties de la vie de Camille, ne pas choisir une partie par rapport à l’autre. Comme elle a été enfermée pendant 30 ans, elle a du certainement revoir sa vie et se poser des tas de questions. C’est vrai que les gens disent « je ne regrette rien »; mais est ce qu’on referait exactement les mêmes choses…? je ne pense pas… Et Camille ne referait pas les choses de la même manière. Et j’aime développer ce sujet du regret, du « ou est ce que l’on se préviendrait pour éviter de refaire là même bêtise ? ». Même vous je pense que vous auriez un moment de votre vie ou vous voudriez y retourner pour prévenir de ne pas refaire une même erreur…

lola lit la lettre RODIN.jpg

J’ai ma petite idée la dessus… Mais votre idée est assez singulière et étonnante, mettre en face à face la Camille de 79 ans à la veille de sa mort et la Camille de 30 ans pour la prévenir et la mettre en garde de son insouciance. Et c’est là aussi la Morale de la pièce; c’est que même si l’on venait se prévenir de faire attention à ce que l’on va faire; quoi que l’on fasse, on ne peut pas changer l’Histoire…

Oui et ce qui est beau aussi, c’est de découvrir la vie de cette Femme en 1h20, et de voir contre quoi elle s’est battue, ce qu’elle a vécu et dans quoi elle a plongé. Dans la vie il y’a des concours de circonstances ou les choses sont hélas inévitables; elle est née dans une famille très conservatrice avec une mère très dure et un père très conventionnel. Et choses très rare, c’est une famille dans laquelle il y’a 2 génies : Camille et son frère Paul; sans compter le 3ème enfant : Louise, qui était une virtuose au Piano. Il est très rare d’avoir autant de génie dans la même famille. Et Camille, face à son frère Paul qui lui était « politiquement correct » aux yeux des parents et un auteur de talents à devenir, était une jeune fille complètement rebelle, libre, provocatrice et qui dit tout haut ce qu’elle pense et qui en plus amenait son amant, qui lui venait avec sa compagne, à la table familial au repas dominical ! Face à toute cette provocation de la part de sa fille, la mère avait une haine sans vergogne envers sa fille et lorsqu’elle en a eu la possibilité, a préféré la museler parce que trop libre trop forte et indépendante; pour laisser la place à Paul qui lui était « parfait » aux yeux de la famille, pour cette époque assez misogyne et ultra conservatrice. Et faire un métier d’homme comme le faisait Camille, c’était une honte aux yeux de ses parents et de la bonne société… Elle Dérangeait et donc on l’a fait enfermer, assez facilement d’ailleurs c’était une simple formalité a l’époque. Et non content de la faire enfermer ; elle était entièrement éxilée, car on avait fait passer des ordres pour qu’elle n’ait ni visite ni courriers,… C’était d’une monstruosité inimaginable ! Et elle a été tenace car elle a tenu 30 ans comme çà; elle a même subit une intervention gynécologique dont elle s’en est sortie. On l’a considéré comme Paranoïaque, qui ne l’aurait été face à tout çà, et à l’époque la paranoïa ne se guérissait pas comme maintenant… Ça a été un enchainement de mauvais concours de circonstance pour Camille.

On pourrait même penser qu’elle était trop en avance, qu’elle n’est pas née a la bonne époque…

Je ne suis pas sûre… Nous vivons dans une époque ou les gens n’osent plus parler; ou lorsque l’on dit ce que l’on pense, c’est mal perçu ou mal interprété. Les gens sont constamment dans le « politiquement correct »; sur les réseaux sociaux on se « like » pour être soi même aimé,…

C’est vrai que notre époque les réseaux sociaux ont pris une place importante; trop importante d’ailleurs. Moi j’ai connu l’époque ou pour parler à quelqu’un, on lui écrivait des lettres; c’était plus beau, plus intime,…

Oui et c’était personnel aussi surtout ! Les réseaux sociaux sont une nouvelle méthode de communication, mais aussi dangereuse car plus rien n’est privé maintenant. C’est aussi une nouvelle source de polémique qui va à la vitesse de la lumière; il faut vraiment être prudent face à ça. Et ça crée de la peur aux gens, voire même de la psychose. Et pas à tort des fois puisque l’on voit constamment des gens qui se sont retrouvés dans des situations inimaginables à cause des réseaux sociaux. C’est pour cela qu’il faut vraiment être prudent avec toutes ces nouvelles choses; et que moi je suis ultra prudente avec ça et je garde mon libre arbitre, ma manière de penser; tout en restant positive et dans l’amour; Il faut rester soi même.

Et être soi-même peut aussi avoir des conséquences terribles; c’est ce que l’on découvre dans « Camille Contre Claudel ». On a cette impression qu’à travers votre pièce, vous voulez rétablir la vérité et aussi réhabiliter cette Femme. Pour utiliser l’expression « Il Faut rendre à César ce qui appartient à César », vous vous cherchez a rendre à Camille ce qui appartenait à Claudel…

Oui; absolument. Ça fait 4 ans et demi-5 ans que j’ai écrit la pièce, on l’a joué 3 ans à Avignon. Je l’ai écrit assez rapidement car j’avais fait énormément de recherche auparavant et lorsque j’avais ma ligne de conduite, c’est venu tout seul. Se sont enchainés les répétitions, les représentations, l’engouement du public a été extraordinaire; il y’a eu tellement de retours positifs de ce travail que je continuerai jusqu’au bout et ne lâcherai rien. L’engouement du public pour cette histoire est impressionnante; après on ne sait pas ce qui a engendré tant de succès à Avignon comme à Paris. Est ce Camille Claudel ? La Vérité sur son histoire ? Le Duo avec Lola ? Le Bouche à Oreille ? Pour moi c’est tout ça en même temps. Je suis totalement indépendante sur ce projet, il n’y a aucune production derrière; et c’est aussi cette liberté qui me plait. Bien entendu si un jour un grand théâtre me contactait pour programmer la pièce dans une grande salle; çà serait un cadeau tout aussi magnifique. À Avignon, on joue dans une salle de 200 places, durant nos tournées on a des salles plus grandes ou plus petites, on l’a même joué dans une salle de 600 places. Et grâce aux sculptures, selon la salle, on en enlève ou on en rajoute. Et Francesco Pasanetti qui est un artiste absolument incroyable et au talent immense; m’a fait les sculptures de Camille, le visage de Rodin est juste extraordinaire; et j’ai une chance énorme d’avoir travaillé avec lui, c’est un artiste très demandé et très reconnu et qui a accepté de m’aider dans ma démarche de vérité.

Vous Avez une très belle équipe autour de vous c’est vrai. On vient de parler des sculptures, mais il y’a aussi des chorégraphies aussi dans la pièce…

Oui c’est Michel Richard qui a orchestré toutes les chorégraphies, Gabriel Marc qui a fait les costumes, Mon assistant Grégory-Antoine Nagana qui est d’une aide précieuse car quand on est aussi sur scène il faut un assistant aussi pointilleux que vous; Julie Migosi qui est une administratrice superbe et aussi Mara Villiers qui nous a rejoint en tant qu’attachée de presse.

Et il y’a aussi votre partenaire sur scène : votre fille Lola. Lorsque vous avez écrit la pièce; avez vous pensé tout de suite à Elle pour interpréter la Camille Jeune ?

Oui, tout de suite. Lola est une comédienne incroyable et je ne voyais personne d’autre qu’elle dans ce rôle. Pour le mimétisme et la ressemblance, ça apporte un peu de magie supplémentaire a l’histoire sur scène car on a vraiment l’impression de voir les 2 vraies Camille su scène; et c’est vraiment ce que je voulais, cette magie là.

CCC LD 09.11.2018_16.jpg

C’est vraiment génial de travailler avec Lola, c’est moi qui l’ait formée et nous avons en plus la même manière de voir et d’entrevoir ce métier, d’incarner un personnage et de le vivre. On se donne à 150% et on prend un plaisir énorme à se renvoyer la balle. Si jamais un jour Lola ne peut plus jouer la pièce et que je sois obligée de prendre quelqu’un d’autre; je pense qu’il n’y aurait plus toute cette magie qu’il y’ a entre nous; c’est pour ça que je ne l’imagine même pas d’ailleurs ! Pour Une mère et une fille, jouer ensemble est juste un bonheur incroyable; on est dans une autre dimension, ça donne tellement de sens à la vie et c’est un tel bonheur de partager ce voyage ensemble. Et je pense que si la pièce continuait à se jouer sans Lola et Moi; je la verrais plutôt être interprétée par un vrai duo mère/fille telle que Nathalie Baye et Laura Smet ou Isabelle Huppert et Lolita Chamah. Il y’a tellement de couple mère/fille qu’il n’y aurait qu’avec elle que je pourrais partager la pièce; car c’est une aventure magique que l’on ne peut vivre pleinement que comme çà, entre mère et fille je pense. Il faudrait juste qu’elles acceptent de se vieillir, d’avoir 79 ans au départ !

 

Oui mais aussi au fur et à mesure de la pièce; la « vieille » Camille se met à rajeunir donc ça compense !

Oui c’est vrai j’en ai jamais parlé mais c’est un bonheur de rajeunir tout les soirs sur scène !! Avoir le sentiment de monter dans une machine à voyager dans le temps et de rajeunir…mais quel Kiff !! C’est mieux que le contraire, qui arrive à la « jeune » Camille qui vieillit jusqu’à 49 ans. Je n’ai pas voulu aller plus loin pour les 2; je voulais l’arrêter à 49 ans au moment de son exil forcé. Elle vieillit jusqu’à cette date fatidique ou elle rentre à l’asile; et d’ailleurs ça arrive très peu de temps après la mort du papa. Car tant que son père était encore vivant, Camille était encore protégée car elle avait une relation très particulière avec son papa. Il l’aimait profondément et la protégeait totalement, jusqu’à sa mort ou là hélas sa mère a eu tout pouvoir… D’ailleurs elle a été enfermée 2 jours après la mort de son père; sa mère n’a pas perdu de temps !

Camille contre Claudel 17_06_2016_63.jpg

Ça a été un double déclic pour elle en fait; en rajoutant sa découverte de ce qu’Auguste Rodin faisait de ses sculptures, il a abusé d’elle et de son amour pour lui…

Oui, et ce qui est assez paradoxal; c’est qu’ill’a aimé d’un amour très sincère. Ils se sont aimés comme des malades; mais il a été incapable de quitter sa maîtresse pour Elle et en lui promettant pleins de choses qu’il n’a pas tenu, il l’a trahie. Il l’a trahie parce qu’elle était très crédule, c’était le seul homme de sa vie; et elle a cru a toutes ses promesses car il n’y avait aucune raison de ne pas le croire pour elle. Il était puissant, magnétique, il s’aimait lui même; peut être était il probablement manipulateur. Pourtant ça a été un amoureux transi et passionnel; mais les artistes ont souvent un égo démesuré; et Rodin avait un égo très demesuré. Donc se faire dépasser par son élève; ça c’était quelque chose auquel il n’était pas prêt; et la pour le coup, l’amour propre a dépassé l’Amour. Et l’état a l’époque n’a rien fait pour l’aider non plus; elle a été manipulée, utilisée et étouffée jusqu’au bout. et son frère n’a rien fait non plus pour l’aider :  dans leur enfance ils étaient ultra proches et lorsqu’elle commencé a vivre sa descente aux enfers jusqu’à son internement et même après; il n’a rien fait du tout pour elle ! Même le médecin de l’asile, qui remarquait qu’elle n’était pas aussi folle que sa famille voulait le faire croire, a voulu la faire sortir…Et C’est sa famille au complet qui a refusé; c’est absolument monstrueux ! À notre époque il y’a des avocats pour défendre les innocents; elle elle n’a eu personne pour l’aider et la défendre; ce qui est absolument aberrant.

helene et lola devant buste rodin.jpg

Ce qui est tout aussi aberrant; c’est qu’il a fallu tant d’année et de décennies pour la réhabiliter !

Et encore, le travail reste à faire. Au début je voulais jouer dans un theatre qui est à cote de la Rue Campagne-Première, dans le quartier ou il y’avait son atelier; et j’ai eu que des refus dans les théâtres qu’il y avait autour. Après peut être la pièce ne leur plaisait pas ou que ça ne les intéressait pas de parler de Camille Claudel; je ne sais pas, mais malgré çà j’ai trouvé des solutions. Et même avec ces refus, il y’ a quand même des bonnes nouvelles et de très bonnes choses pour Camille. Et lorsque je vois la salle pleine, même les jours fériés, un tel engouement du public et même de la presse et la télévision qui commence à porter une grande attention à ce spectacle et surtout à l’histoire qu’elle raconte; c’est juste extraordinaire. Il y’a tellement de grosses pièces, de grosses machines à Paris; que la faire venir, au risque qu’elle ne marche pas; c’est un pari assez osé. Mais quand on croit du fond du coeur à ce que l’on fait, on le défend Bec et Ongles sur tout les tableaux. C’est dangereux oui, on prend des risques oui aussi; mais on y croit.

Et vous n’êtes pas la seule à y croire car au vu du succès de la pièce qui est principalement du au bouche à oreille comme vous l’avez dit tout à l’heure, et aussi par les critiques unanimes sur la pièce; il y’ a beaucoup de monde qui y croit avec et grâce à vous.
Alors pour terminer notre petite entrevue, je vais vous faire un petit questionnaire de rapidité, et il faut y répondre le plus vite possible…

*Le Principal Trait De Votre caractère ?
– La Détermination et La Persévérance 
*Ce que vous appréciez le plus lorsque vous êtes sur scène ?
– Le Partage Avec Le Public
*Votre Principal Défaut ?
– J’écoute pas toujours quand on me parle
*Avant de monter sur scène, qu’est ce qui vous permet de vous concentrer ?
– Le Maquillage, qui me permet d’entrer dans la peau du personnage; puis des           exercices de respiration et de diction
*Votre rêve le plus fou pour l’avenir ?
Avoir La Reconnaissance que mérite Camille Claudel, et aussi pour le travail fait sur cette pièce.
*Quel  est votre plus grande crainte professionnelle ?
Je n’ai pas vraiment de grande crainte de ce coté là; à partir du moment ou j’ai le public qui aime ce qu’il voit et la reconnaissance que tout çà mérite, je n’ai pas de réelle crainte. C’est le plus beau des partenaires le public; et quand il est là, c’est un cadeau magnifique.
*Qui ou Que Rêveriez vous de jouer sur scène ?
– « Qui a Peur De Virginia Woolf ? »; ça serait un rêve énorme
*Quelle est votre pièce favorite ?
– « La Mégère Apprivoisée » de Shakespeare; et les pièces d’Alfred De Musset ou de Tennessee Williams
*Quelle est votre citation favorite ou votre proverbe favori ?
« Jouer c’est ne pas jouer », qui est une phrase d’Al Pacino. « Je lui ai montré ou trouver de l’or, maintenant l’or lui appartient »; et c’est une phrase de Rodin au sujet de Camille !
*Alors Dernière Question, mais là j’aimerais que ce soit Camille Claudel qui y réponde : Que Pensez vous Camille de La Pièce d’Helene Zidi sur vous ?
Alors la j’avoue que je ne me suis jamais posé la question. Au fil des représentations, j’ai écouté ce que l’on me disait et j’ai fait quelques petites retouches, des ajouts de répliques. Et là pour moi à l’heure actuelle; elle est telle qu’elle devrait l’être.

C’est avec ses petits mots que se termina cet entretien avec Hélène Zidi. Un Immense Merci à Cette Dame qui m’a parlé avec tant de passion, de tendresse et de sincérité.
Je vous invite vivement à venir applaudir « Camille Contre Claudel » qui au vu de son succès; se prolonge au Theatre Du Roi René Paris à partir du 10 Janvier.

Réservation : https://www.theatrecotecour.com/programmation

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :