« Berlin Kabarett » de Stéphan Druet; au Poche Montparnasse

Wilkommen; Bienvenue; Welcome…

Ces Mots vous rappèleront sans doute Le Cabaret de Bob Fosse avec la Grande Liza Minelli. Et bien moi je vais vous parler d’un autre Cabaret, ou la musique et la danse sont aussi présents mais ou la couleur se rapproche au fil de l’histoire au vert-de-gris…

L’Histoire : Sous la République de Weimar, Kirsten (Marisa Berenson) est la propriétaire d’un des plus grands Cabaret à Berlin. Elle le dirige d’une main de fer, avec l’aide de Karl (Olivier Breitman) auteur juif et communiste et ex-amant et souteneur. Elle a comme pianiste Fritz (Stéphane Corbin), artiste juif et communiste aussi; et comme artiste de son Cabaret Viktor (Sébastian Galeota), son fils qu’elle méprise autant qu’elle déteste ses mœurs. Mais dehors le nazisme monte et l’inquiétude et la peur gagne aussi l’ambiance rose et chaleureux du Cabaret; au point de forcer Kirsten à faire les pires choix de sa vie…

Mon Avis : Ce que j’ai vu ce soir là est simplement extraordinaire. Des l’entrée en salle ou nous sommes accueillis par de la musique jazz tels que nous l’étions dans les cabarets de l’entre-deux guerre; nous n’allons pas voir un spectacle sur un cabaret : Nous Sommes Dans Le Cabaret de Kirsten ! L’écriture et la mise en scène de Stéphan Druet est digne des plus grands auteurs et metteurs en scène. Il ne nous montre pas la vie du Cabaret; il nous la fait vivre autant que les comédiens; et même si la fin est terrible, on est captivés et émerveillés du début à la fin. On est dans le Berlin de l’entre-deux, en misère économique et au début de la montée du nazisme; nous sommes dans un film de Lubitsch, dans le Portier de Nuit de Liliana Cavani où comme déjà dit plus haut dans le Cabaret de Bob Fosse. Cette Histoire, dans son écriture, sa sincérité, son évolution; est un film vivant.

Les numéros musicaux orchestrés par Stéphane Corbin sont d’une beauté inégalable et tout les comédiens ont une voix belle et envoûtante (Bravo à Vincent Heden qui s’est occupé de la direction vocale), on passe des numéros de Cabaret aux pensées et états d’âme des protagonistes dans des chansons et chorégraphies d’une beauté inégalable. Niveau distribution; elle n’en est que magnifique, autant que la pièce elle même. Marisa Berenson a une présence extraordinaire sur scène, elle subjugue et envoûte le public autant par son interprétation que par sa voix; Sebastian Galeota à une voix magnifique et un jeu (de jambe aussi 😅) époustouflant; Olivier Breitman , dont le personnage me fait un peu penser à celui de Robert Preston dans le film de Blake Edwards Victor Victoria, passe avec simplicité et talent du rire au sérieux, du ridicule au grave dans ce personnage qui semble être une sorte de conscience de Kirsten; Stéphane Corbin a autant de talent de comédien que de musicien (qu’il faut aller voir pour découvrir), accompagné sur scène par Hugo Chassagnol aux percussions et Rodolph Puechbroussous à la trompette; et Gaston Re, qui dans sa tenue de scène pourrait en faire fantasmer plus d’une (oui c’est de vous que je parle mesdames;surtout quand il vous sert avant le spectacle 😜) et même si son rôle est muet, on comprend qu’il est un peu le gigolo (ou Toyboy comme on dirait maintenant 😅) de Kirsten…

J’ai été épaté et subjugué du début à la fin par cette pièce, son écriture, ses comédiens, ses numéros musicaux et aussi et surtout par les émotions qu’elle transmet à son public; qu’ils soient doux ou monstrueux. Et je ne suis pas le seul à avoir été conquis par toute cette équipe; car la pièce à tellement de succès (même avant que les représentations démarrent) qu’elle affiche complet depuis des mois et ce jusqu’à la dernière, le 6 Janvier… Mais rassurez vous; vous aurez encore la possibilité et le plaisir de découvrir ce chef d’œuvre (n’ayons pas peur des mots) puisqu’ils reprendront la pièce pour la 3 eme fois; à partir du 14 Mars (2 jours avant mon anniversaire 😁 Oui je sais tout le monde s’en fiche mais c’est pour dire 😋). Mais je vous conseille de réserver Treeeeees vite;on ne sait jamais…😉

https://youtu.be/hmBFtnNyV6I

« Berlin Kabarett » de Et mis en scène de Stéphan Druet; avec Marisa Berenson, Sebastian Galeota, Jacques Verzier (en Alternance avec Olivier Breitman), Stéphane Corbin, Gaston Re, Hugo Chassagnol et Rodolph Puechbroussous. Au Théâtre De Poche Montparnasse a partir du 14 Mars 2019; Du Jeudi au Samedi à 21h15 et le Dimanche à 17h30

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :