« Les Poupées Persanes » au Théâtre Des Beliers

Bonjour à tous !

Aujourd’hui, dans la continuité de mes découvertes Avignonnaises; il y a des spectacles qui brillent par leur émotion. Et c’est le cas de la pièce Les Poupées Persanes, une pièce écrite par Aïda Asgharzadeh, mise en scène par Régis Vallée, et interprétée par Aïda Asgharzadeh, Toufan Manoutcheri, Ariane Mourier, Azize Kabouche, Kamel Isker et Sylvain Mossot.

L’Histoire : Le 24 Décembre 1999, Françoise (Toufan Manoutcheri) emmène ses 2 filles Niloofar (Ariane Mourier) et Bahar (Aida Asgharzadeh) en vacances aux Sports d’Hiver dans un chalet à Avoriaz avec son patron Jean-Farouk (Azize Kabouche), et le fils de celui-ci, Haroun (Kamel Isker). Mais une lettre reçue par Françoise la fera revenir près de 20 ans en arrière. Mais quel est le lien entre Françoise et sa famille et les histoires de vie et d’amour de 4 personnes; Manijeh (Aida Asgharzadeh), étudiante en mathématiques; Bijan (Sylvain Mossot), étudiant en musicologie; Manoucher (Kamel Isker), le meilleur ami de Bijan, et Sepideh (Ariane Mourier), une élève de Manijeh; dans l’Iran des Années 70…?

Mon Avis : On ne peut qu’être subjugués et émus par ces Poupées Persanes. L’écriture d’Aida Asgharzadeh est un subtil et véritable doux mélange d’émotion, d’humour et de tragédie; sur l’histoire de cette famille des années 2000 et ces 2 histoires d’amour et de révolte dans L’Iran du Shah et de Khomeini, dont les destins ne sont peut être pas si éloignés l’un de l’autre. La mise en scène de Regis Vallée permet d’alterner avec aisance d’une époque à une autre, d’un personnage à un autre, d’un chalet à une discothèque; avec notamment des jeux de lumière permettant de passer des heures sombres de l’Iran des années 70 à là lumières d’un chalet à Avoriaz dans les années 2000, et des décors qui se tournent comme les pages d’un livre.

Et on ne peut aussi que féliciter cette magnifique distribution qui alternent plusieurs rôles en un claquement de doigts (et en un rapide changement de costumes). Toufan Manoutcheri est épatante en maman ultra protectrice et légèrement répressive envers ses filles, mais dont le passé, un peu trouble et troublé, reviendra soudainement dans sa vie; Aida Asgharzadeh enchaîne avec talent et émotion les personnages de Bahar, fille cadette de Françoise, et Manijeh, jeune étudiante et future professeur de mathématiques se retrouvant avec son compagnon et ses amis dans l’œil du cyclone de la révolution iranienne; Ariane Mourier est une très drôle Niloofar, fille aînée de Françoise en pleine crise d’adolescence et de révolte, et apporte toute sa tendresse et son émotion au personnage de Sepideh, jeune femme de la classe populaire qui va découvrir un mode de vie diffèrent du sien au contact de Manijeh et de ses amis. Azize Kabouche est d’une drôlerie excellente dans son personnage de Jean-Farouk, patron secrètement attiré par Françoise et prêt à tout pour vouloir l’aider; mais il est aussi un captivant narrateur, un mystérieux ayatollah prisonnier, et un horrible membre de la police du Shah et de la milice de Khomeini. Kamel Isker est d’une grande force dans le personnage de Manoucher, jeune musicien en quête de changement et de révolution pour son pays; et à l’opposé total, d’une douceur et d’une timidité attendrissante avec celui d’Haroun. Sylvain Mossot complète avec talent et brio ce casting et cette belle histoire avec 3 personnages, dont un a l’opposé total des deux autres : Lucien, le vrai propriétaire du chalet dans lequel Françoise, Jean-Farouk et leurs enfants vont passer le nouvel-an; Hugo, le vendeur de gaufres/DJ qui ne va pas laisser insensible Niloofar; et Bijan, le bel amour de Manijeh qui par amour, malgré les dangers, la suivra jusqu’au bout de ses convictions et de sa vie…

6 comédiens absolument incroyables; donnant leur talent au service d’une sublime et déchirante histoire de famille, d’amitié et d’amour dans un monde et une époque où la liberté avait un prix. Souhaitons à ces Poupées Persanes qu’elles continuent à voyager partout en France et en Europe; et qu’un long arrêt à Paris vous permette de découvrir ce qui se cache derrière ces Poupées

« Les Poupées Persanes » d’Aïda Asgharzadeh , mise en scène de Regis Vallée, avec Toufan Manoutcheri, Azize Kabouche, Ariane Mourier, Aida Asgharzadeh, Sylvain Mossot et Kamel Isker.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :